5DM39243-72ppp.jpg

Mon "chamanisme" est particulier car, de part mon histoire atypique, se dénote du chamanisme traditionnel et universel. Je ne me situe à la fois dans aucun des deux et dans les deux à la fois. Je m'explique. J'ai construit mon chamanisme principalement seul, en expérimentant, en creusant, avec mon instinct, mon intuition et mon esprit, par construction empirique. Mon histoire ne m'a pas amené de maitre chamane enseignant sur ma route, donc j'ai du apprendre à traverser mes enfers seul. Cependant je reste très ouvert à l'idée de parfaire mon parcours en en rencontrant, mais cela n'est absolument pas indispensable puisque j'ai construit le plus important par moi-même, comme le ferait un chamane orphelin. Cela s'est construit sur plus de 10 ans.

Mon chamanisme se veut indépendant, libre, sauvage, naturel, intuitif, instinctif, empirique, et logique.

Je travaille au tambour, avec ma voix, mes mains, mon souffle, mes chants, mes peintures, ma musique, ma danse, mes pierres, etc ...

Je suis en connexion avec les esprits animaux de nos régions, des mythologiques et d'autres cultures. Comme notre culture est croisée c'est logique.

Loup, cerf, corbeau, cheval, aigle, serpent, araignée, chouette, panthère, ours, dragon, phénix, léviathan, pégase, sanglier, cerf blanc sont mes esprits alliés.

Je travaille avec des esprits de divinités venant de panthéon variés: celtes (Kernunos, Morrigan), nordiques (Odin, Thor), grecques (Zeus, Poséidon, Artémis, Athéna), indiennes (Shiva), égyptiennes (Isis).

Ma pratique a des points communs avec la celle du chamane mongol, de l'homme-médecine amérindien du nord, du sorcier celte et du Seidrmadr nordique.

Cependant, j'ai tout à fait conscience qu'il est important de servir de pont entre les ancêtres de nos terres et les humains. C'est pourquoi je me sers de mes expériences de voyages chamaniques et mes lectures sur le celtisme et nordisme pour développer un pont à long terme vers un chamanisme celte reconstruit, logique et solide.

Pour moi un chamane, qui ne connait pas les origines chamaniques et divines de sa terre natale, ne peut pas officier sérieusement. C'est un manque d'ancrage important. C'est pourquoi je travaille principalement avec des référents comme l'esprit de la forêt, le cerf, l'énergie elfique sylvaine et Kernunos.

Certes il est important de connaitre ses racines, mais pas au point d'enfermer l'esprit humain dans une tradition, un culte ou un dogme. C'est là l'apprentissage des erreurs de nos ancêtres mais aussi des religions en général. Il faut que tout cela soit au service du bien-être et du libre arbitre.

C'est pourquoi une personne de mon histoire ne peut que voir les choses de cette manière. Je ne suis donc pas un officiant culturel ni dogmatisant. Et j'ai aussi la conviction que c'est cela aussi d'être celte, au fond. C'est être farouchement libre tout en aimant sa terre. Comme un arbre entre ciel et terre.

Je ne suis donc pas un chamane traditionnel, même si je m'en rapproche. Je ne suis pas universaliste non plus car une fois qu'on a reconnecté avec ses racines et qu'on est en lien avec différents panthéon, notre chamanisme prend une couleur et sort de cette étiquette atone passe-partout.

Je suis un chamane libre. Un loup orphelin, sauvage, qui a appris à survivre seul en forêt et dans le monde des esprits.

Il y avait une petite prédisposition inconsciente dans ma famille maternelle, j'ai défoncé les portes pour découvrir et construire par moi-même.

Ma force est donc mon indépendance,

ma capacité à construire par moi-même

et veiller à ce qu'autrui récupère tout son pouvoir d'être soi.

Mon chamanisme